avatar
Voir la fiche
Cesare Nucci
Hack'tiviste

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Inventaire :

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t577-eliott-cain-pirate-hack-ti http://helldorado.forumactif.com/t584-1-journal-de-bord-cesare-nucci
Le port de Salem était, selon certains, comme une seconde maison pour les pirates de tous poils et de tout horizon pourtant difficile de faire plus incompatible entre les idées farfelues des trinitaires et l’arrogance imbécile des cow-boys de l’espace. En lui-même, le port n’avait rien de spécial. C’était encore l’un de ces endroits qui donne un faux air de respectabilité — la proximité avec Paradis sans doute. On y trouvait, comme partout, des tavernes étranges et des contrebandiers de bonnes réputations, mais il fallait pour cela dépasser les jolis rideaux que formaient les beaux quartiers en bordure du spatioport.

Cesare n’y avait séjourné qu’une seule fois — très brièvement. Une mauvaise compréhension en ce qui concerne ses loyautés, ou plutôt son absence, avait conduit le cargo qui le transportait alors à s’arrêter pour le laisser là sans la part de butin qu’il avait aidé à subtiliser bien sûr. Ce bref moment lui laissa néanmoins toute l’ampleur pour apprivoiser toutes les salles de jeu du port, des moins officielles jusqu’aux plus dangereuses en passant par les arnaqueurs classiques. Il avait d’ailleurs appris un nouveau jeu ici, le Bûcher aux sorcières, sorte de mélange très local entre un jeu de cartes et une histoire de dés.

C’est ainsi sans aucune hésitation que lorsqu’il repassa par l’étrange ville, Cesare se dirigea vers ses bas-fonds. Il passa plusieurs portes sans dire bonjour ni même au revoir puis traversa quelques corridors sales pleins de toiles d’araignée gluantes qui ne donnaient pas très envie d’y mettre les mains (d’où le manque de ménage soit dit en passant). Le jeune homme arriva enfin dans une salle très peu éclairée. En son centre une table ronde en bois usé, illuminé par une maigre lampe tombant du plafond. Elle était assez largement encerclée par de nombreuses barriques et caisses contenant, sans aucun doute, du matériel de contrebande.

Changeant de spectres grâce à ses deux prothèses, il aperçut dans lesdites caisses ce qui devait être des fruits et d’autres aliments frais. Il avait, bien sûr, pensait au préalable abaisser la luminosité de ses pupilles qui — habituellement — éclataient d’un bleu azur pétant.

Sans trop y penser, il s’avança vers la chaise la plus proche autour de la table et prit place entre un large homme, très blanc, à l’allure fatiguée et le croupier dont la peau brune et les chaînes à ses pieds finirent de convaincre Cesare qu’il n’était pas là de son plein gré. Le jeune homme détestait l’esclavage, mais adorait bien trop le jeu pour s’en soucier ici. En face de lui, se trouvait un grand homme aux immenses prothèses en métal à la place de ses deux bras. Enfin, juste à côté de lui, une autre chaise vide faisant dos à quelques barriques de ce qui devait être une boisson alcoolisée.

D’un geste qui ne pouvait être que très habituel pour lui, Cesare fit glisser son doigt sur son HCom en direction du Mo’At, signifiant ainsi son désir de jouer.
0 mots