avatar
Voir la fiche
Flora Prim de Lluvia
Abiscal & Diplomate

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Inventaire :

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

Le ton mielleux de l'évêque agaçait Flora. Elle était prisonnière mais dans une cage dorée. Pourtant la condescendance indécente montrait le peu de respect et la provocation qu'il lui réservait. Si ses avances n'étaient pas déjà suffisantes pour dégoûter Flora.
Cette position l'insupportait, elle bouillait de rage. Il en fallait pour que Flora perde ses moyens et en effet elle ne les perdait pas, mais elle éprouvait pour la seconde fois de sa vie cette colère inhabituelle. L'Imperium l'avait élevé et elle y croyait dur comme fer. Elle découvrait avec ce rapt odieux à la fois l'existence de la Trinité mais aussi de ses manières.
Impuissante, Flora pouvait seulement supporter avec honneur cette situation plus que délicate. Elle était préparée à mourir et n'en avait pas peur, éduquée dans la plus stricte loi de l'honneur, la mort ne valait rien face au déshonneur.
Etre prisonnière était terrifiant, elle avait perdu tous ses moyens, son avenir, ses projets. Seul comptait le fait de tenir, une résilience. Dans sa chambre, elle continuait de faire attention à elle, de s'habiller avec le plus grand soin. Même si l'évêque pouvait rentrer à l'improviste n'importe quand, la surprenant et lui rappelant qui avait le pouvoir. Il l'humiliait avec efficacité. Déjà, au début il avait voulu saper son moral et sa confiance, en la faisant défiler en tenue de nuit devant tout l'équipage. Elle avait subi, la tête haute, oubliant le ridicule immoral, les railleries, les cris, les crachats de cet équipage trop content de voir ces impériaux redescendre de leur statut. Ils célébraient leur victoire et appréciait cette revanche. Flora avait été ensuite obligée de voir la boucherie, les corps de ces militaires impériaux massacrés. Flora avait malheureusement du vomir, ne maîtrisant pas les hauts le cœur soulevant son estomac. Pourtant elle avait vu de bien pires scènes dans son métier. Cette fois-ci il y avait trop de morts, et le choc du kidnapping avait du la bousculer en plus. Elle comprenait à peine la psychologie guerrière. Le capitaine lui avait expliqué que garder autant d'impériaux vivants aurait été dangereux pour les trinitaires et cela inspirait de la crainte pour les autres impériaux désormais réduits en esclavage pour faire tourner le vaisseau pour les trinitaires. Faire défiler Flora avait été une revanche sociale autant qu'un plaisir vicieux de victorieux ayant tous les droits.
Cette marche de la honte avait un double effet sur les impériaux et sur les trinitaires.
Le capitaine avait subi la défaite comme un échec personnel. Voir son équipage décimée, une femme noble humiliée, passer sous la question trinitaire... le déshonneur avait atteint un point de non retour.
Au début du mois, le vaisseau avait été pris en otage et quinze jours plus tard, le capitaine avait été retrouvé pendu dans sa cabine. Flora se battait contre son propre défaitisme et si elle n'avait rien à faire, elle pouvait au moins rejeter les clins d’œil perfides et les sifflements grossiers des hommes qui l’approchaient.
avatar
Voir la fiche
Mia de Moya
Seconde du Cerberus

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Inventaire :

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t340-mia-de-moya-imperium-secon http://helldorado.forumactif.com/t359-mia-de-moya#4391 http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus#7512
« Vous m'avez fait demander, Colonel ? »

L'officier s'était retourné, plongeant ses deux yeux d'ambre dans les miens. Le Colonel Juvencio Alva Sisneros était grand, de ces hommes à la stature qui crie leur expérience.

« Commandant de Moya, vous tombez bien », commença-t-il avant de se tourner vers la cuve holographique, présentant un vaisseau impérial - ou ce qu'il en restait. Celui-ci semblait tomber en morceaux, victime d'une attaque d'une violence telle qu'il était sain de se demander comment ses hommes et femmes d'équipage avaient bien pu l'opérer afin de le ramener à territoire allié. « Je vous présente l'Aquillario, ou ce qu'il en reste. »

« Une attaque trinitaire, Monsieur ? », m'enquis-je, sourcils froncés. C'était presque évident, dans cette zone de la Galaxie, à la frontière commune avec la Trinité. L'endroit était presque exclusivement réservée à une population militaire sédentaire, dont les besoins commerciaux n'attiraient pas suffisamment de marchands pour intéresser de quelconques pirates.

Le Colonel Sisneros me lança le discret sourire dont il avait le secret. C'était implicite : il aimait ma perspicacité, et s'il nous arrivait de nous contredire l'un et l'autre, nous n'étions jamais plus efficaces que lors de nos désaccords.

« Trois corvettes lui sont tombés cessus. La majorité de ses officiers sont morts, mais l'Aquillario a miraculeusement réussi à s'enfuir. Nous ne pouvons pas laisser le fait impuni, aussi allons-nous leur donner la chasse. J'en ai déjà parlé au Général, qui m'a accordé un détachement de quatre frégates. »
avatar
Voir la fiche
Flora Prim de Lluvia
Abiscal & Diplomate

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Inventaire :

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

"Bien le bonjour Flora. Comment vas-tu ?"

Elle se pinça l'arête du nez, heureusement qu'elle était habillée cette fois-ci. Cette façon qu'il avait de la tutoyer l'agaçait au plus haut point. Tout comme cette fausse sympathie. Il lui semblait que cet homme aimait voir les gens souffrir et ramper à ses pieds, surtout les femmes devinait-elle. Flora ne lui en ferait pas le plaisir.

"Enchantée Monsieur l'Evêque."


Avec lui, elle ne proposait pas le sourire poli qui faisait son charme mais un air neutre.

"Pas trop seule ? Tu ne veux toujours pas que je vienne te tenir compagnie ? Tu sais que nous rentrons dès la semaine prochaine en territoire trinitaire, il va falloir te faire à l'idée de vivre parmi nous. "

Un silence accueillit cette déclaration.

"Tu m'en vois désolé mais tu n'as plus rien, tu n'es plus rien là-bas."

Elle commençait à voir où il voulait en venir.

"Une immigrée en disgrâce... Pauvre. Tu auras vite fait de tomber dans la prostitution."


Un cri étouffé et choqué échappa à Flora. Comment osait-il ? Quel déshonneur ! Elle préférait mille fois mourir. Et il était si grossier à en parler avec des termes vulgaires, l'insultant à chaque mot.

"Je suis puissant."

Elle regardait obstinément le miroir, passant du blush sur ses joues, reprenant contenance. Il attrapa une mèche de cheveux blonds et la remit derrière ses oreilles.

"Je n'ai pas le droit de prendre épouse mais je ne suis pas mauvais."

Devenir sa maîtresse ressemblait à l'enfer.
avatar
Voir la fiche
Mia de Moya
Seconde du Cerberus

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Inventaire :

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t340-mia-de-moya-imperium-secon http://helldorado.forumactif.com/t359-mia-de-moya#4391 http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus#7512
« Rien sur les radars, Monsieur », confirme l'officier aux senseurs, après avoir conversé avec ses subordonnés.

« Colonel », débutais-je discrètement à son intention, de cette manière si caractéristique et si prévisible qui prévenait que je m'apprêtais à offrir une directive plus qu'un conseil, les sourcils légèrement froncés et le regard dur. « Je me permets de réaffirmer que je suis contre l'idée de séparer nos forces, ne serait-ce que d'un vaisseau. Certes, deux frégates battent - en théorie - trois corvettes, mais pourquoi prendre le risque ? »

« Et, Commandant, je me permets de réaffirmer que mes ordres ne sont pas discutables. Nous couvrirons plus de terrain si nous nous séparons, et nous ne pouvons pas vraiment nous permettre de prendre notre temps : nos ennemis ne resteront sans doute pas bien longtemps. »

J'allais protester, et il le savait très bien. Tout comme je savais qu'il ne changerait pas d'avis - ce qui ne m'empêcherait pas d'essayer pour autant. Deux années de travail commun suffisaient amplement pour nous lire l'un l'autre.

« Je vous place aux commandes des deux autres frégates », lança-t-il, me coupant toute réplique. C'était inédit. Certes, cela avait du sens, mais en règle générale seul un Colonel pouvait commander plus d'un vaisseau. Sauf si ...

« Je ... Qu-... » Je me raclais lourdement la gorgement. « ... Bien, Monsieur », parvins-je enfin à murmurer.
avatar
Voir la fiche
Flora Prim de Lluvia
Abiscal & Diplomate

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Inventaire :

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

Flora hoquetait. Elle n'avait aucun mot ou aucune réaction. La proposition était une insulte et une gifle. Elle savait qu'elle avait vécu dans une bulle mais justement elle ne pouvait accepter le déshonneur. Elle n'avait jamais rien perdu, n'avait jamais vécu dans la pauvreté, la souffrance, la faim, le froid, elle n'avait jamais du faire des compromis odieux pour survivre. Flora préférait la mort au déshonneur. Et autant que la mort la terrifiait, elle ne pouvait supporter le marché qu'il lui proposait.
Elle n'était pas en colère mais horrifiée, elle ressentait un mélange de dégoût et de répugnance. Se décalant pour rompre le contact elle regarda l'évêque avec condescendance.

"Ecoutez-moi bien. Je préférerais mourir plutôt qu'accepter ce marché."

Il sourit.

"Tu n'auras peut-être pas le choix. Envisage au moins cette option. En tout cas, cela me fait plaisir que tu te lâches un peu, j'aime les femmes plus fortes qu'elles ne le paraissent."


Son front révéla un pli inconnu, elle fronçait les sourcils de colère. Elle n'était pas forte et elle ne l'avait jamais été. Cependant elle croyait fondamentalement, dans son ADN que l'Imperium était supérieur, que la Trinité était une faction miteuse et corrompue, ce que l'évêque prouvait. Elle avait été élevée dans la stricte loi nobiliaire impériale, s'il y avait bien une chose qu'elle avait toujours fait passer au-dessus, c'était l'honneur. Une fierté incrustée dans ses veines, qui la tenait debout. Flora était douce et docile mais là était son point limite, sur lequel elle ne transigeait pas.
avatar
Voir la fiche
Mia de Moya
Seconde du Cerberus

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Inventaire :

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t340-mia-de-moya-imperium-secon http://helldorado.forumactif.com/t359-mia-de-moya#4391 http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus#7512
Les sirènes s'étaient mises à hurler depuis plus de cinq minutes, déjà. « A tout l'équipage, alerte rouge. Je répète : alerte rouge », hurlait l'officier aux communications aux différents équipages des deux vaisseaux.

Sur les écrans tactiques, au loin, une autre frégate impériale filait dans notre direction, des avaries multiples démontrées par les différentes fuites d'énergies, d'air et de carburant que subissait le navire. Et si ça n'avait été preuve suffisante, derrière lui, à sa poursuite, se trouvaient les trois corvettes recherchées ... Ainsi que deux frégates trinitaires, lourdement armées, pilonnant en vain derrière leur proie pourtant hors de portée.

« S'agit-il du vaisseau du Colonel Sisneros ? », lançais-je froidement à l'officier Rodriguez, aux senseurs. Ce dernier déglutit, et secoua la tête. Je hochais la mienne, en réponse. Nous savions tous, d'instincts, ce qu'il s'était probablement passé. Juvencio s'était retrouvé face aux trois corvettes, mais ne s'était pas attendu à leur nouvelle escorte. Probablement une embuscade, quelque chose qui les avait surpris, et empêché de s'enfuir vers leurs renforts : nous. Malheureusement, nous n'aurions pas ce luxe, et il nous faudrait nous battre à un contre deux.

« Je prends le commandement », fis-je finalement, glaciale, en observant l'écran tactique et la cuve holographique. Je sentais, en mon for intérieur, grandir la lutte entre colère et pragmatisme, le premier si alléchant, le second si nécessaire.
Voir la fiche
Contenu sponsorisé

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage

Informations complémentaires



0 mots