Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3
Voir la fiche
Léo Dool
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t960-leo-dool-imperium-medecin# http://helldorado.forumactif.com/t990-journal-du-dool http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus?highlight=cerberus
On croirait mon dernier repas de famille.

La situation encourageait les prises de décisions rapides. Et encore plus les bonnes décisions. Le médecin chercha dans les yeux de ses subordonnés un peu d'espoir ou de confiance, mais leurs regards ressemblaient à de la pitié palpable. Sauf Normann. Ce soldat semblait plus assuré, et sa remarque était pertinente. Léo n'aimait pas ça, mais si une autre équipe allait venir par cette porte, il serait peu commode qu'elle soit accueillie par des bêtes plutôt que par eux.

"On ne peut pas les laisser se confronter à ces saloperies, mais on ne peut pas les attendre. Si on se met à tirer quand ils enfonceront la porte, ils se sentiront menacés et on risque de s'entre-tirer dessus."

Le visage de Léo s'assombrit un peu, pesant le pour et le contre. Une attaque frontale contre les bêtes sauvage serait assez proche du suicide, mais il ne pouvait pas laisser d'autres membres du Cerberus affronter les dangers à sa place. Sa main se posa sur l'épaule de Normann.

"Nous allons protéger nos alliés. Ils s'affairent en ce moment à nous rejoindre, à nous de leur dégager la voie. Nous sommes faces à des animaux. Des peurs primales pourraient les éloigner, comme du feu. Aucun tir à l'aveuglette, des alliés peuvent surgir sans prévenir. Ferraz, tu t'appuies sur moi quand on bouge, pas de compromis, tu ne nous ralentis pas. La fierté ne sied qu'aux morts. Soldats Normann et Boreas, vous ouvrez la voie !"
Joaquín Irigoyen
Voir la fiche
Joaquín Irigoyen
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t590-joaquin-irigoyen-imperium- http://helldorado.forumactif.com/t653-carnet-de-bord-de-joaquin-irigoyen http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus
Un rapide coup d'oeil sur sa droit permit à Joaquin d'identifier une porte. La course dans laquelle les avait entraîné le soldat Lucero ne lui laissa pas vraiment le temps de l'analyser, ni d'en tirer une quelconque conclusion. L'équipe dirigée par le jeune adjudant sentait le courant d'air de l'espoir caresser leur joue. Un espoir bien vite balayé par la porte condamnée contre laquelle Lucero et Bolognez s'acharnaient. Coups de poings et pieds semblaient inefficaces et le bruit commençait à agacer grandement Joaquin. "Soldats ! Arrêtez-vous ! La porte est bloquée, mais quelqu'un est de l'autre côté. On ne risque pas de l'entendre avec tout ce boucan !"

D'un geste nerveux, il attrapa son HCom et l'activa, tentant désespérément de joindre quiconque se trouvait derrière cette porte. "Adjudant Irigoyen. Vous me recevez ? Porte barricadée. Devez nous laisser passer au plus vite. Menace animale. Plus de munitions." Il répéta sa phrase en boucle, trois ou quatre fois, avant de s'adresser à son équipe. "Si nous n'obtenons aucune réponse dans vingt secondes, demi tour. Nous sommes passés devant une autre porte. En allant assez vite, on pourrait l'atteindre avant... Avant ces trucs."

Ainsi démarra le compte à rebours imposé par Joaquin. Un compte à rebours qu'il espérait de tout son être ne pas avoir à mener à son terme.
Anonymous
Voir la fiche
Invité
Invité

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage

Informations complémentaires



Un mur infranchissable, maintenant. Elle pourrait commencer à tenter de découper ce qui bloque la porte avec son épée mono-filament, mais... La situation est critique.

Nous n'avons pas vingt secondes, adjudant.

Un constat calme, tandis que Calliope commençait déjà a reculer de quelques petits pas, tentant d'apercevoir ce qui se passait à l'autre bout du couloir en plissant les yeux. Elle ne voyait pas grand chose, mais le calcul grossier qui se faisait dans sa tête en prenant en compte le temps qu'il leur avait fallu pour traverser jusqu'ici était rapide à faire.

Si on doit faire demi-tour et aller s'assurer que la porte la bas est ouverte, c'est maintenant, après on va se retrouver nez à nez avec les serpents.
Mia de Moya
Voir la fiche
Mia de Moya
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t340-mia-de-moya-imperium-secon http://helldorado.forumactif.com/t359-mia-de-moya#4391 http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus#7512

Aventure : Fall of Duty

"For a time, I thought this could work ... I thought we wouldn't starve"


Middledeck-2 - Zone de stockage

EQUIPE NOIRE

Il n'en faut pas plus pour le milicien Normann, qui se contente de hocher la tête à l'adresse de l'adjudant avant de faire signe à Boreas de le suivre.

« Adjudant, vous restez ici. Si on vous perd, nous perdons notre chaîne de commandement et notre unique médecin », ordonne presque ce dernier, sur les talons du corporatiste, à l'adresse du médecin en chef du Cerberus.

Matador, de son côté, prend la place de Normann sur la barricade, en première ligne en cas d'assaut, pistolet dans une main et sabre dans l'autre. « ON VIENT VOUS CHERCHEZ ! PRENEZ L'AUTRE PORTE ! », hurle Matador vers la porte condamnée. « Qu'ils viennent pour voir, ces siffleurs à la con. » Car les sifflements continus, et Boreas que Normann se jettent droit sur eux pour rejoindre à grandes enjambées la porte que, ils le supposent et l'espèrent, prendront ceux qui sont coincés de l'autre côté du sas.

La radio grésille, et il est difficile de comprendre une quelconque parole intelligible. Quelles que soient les interférences, elles s'aggravent manifestement avec le temps.

Puis un cri de douleur dans l'obscurité, et deux rayons de torches d'épaule qui partent dans tous les sens. Deux tirs suivent, et des bruits de sabre. « C'est superficiel, Normann, on avance ! ALLEZ, ALLEZ ! » Rien d'autre que des mouvements et des bruits de bottes qui, bien vite, passent hors de vue des hommes de la barricade.

Mais les sifflements, grognements et sons hostiles divers, eux, se rapprochent de la position de Dool.


Middledeck-2 - Couloir droit

EQUIPE BLEUE

« On vient vous chercher ! Prenez l'autre porte ! », hurle une voix étouffée par le blindage, de l'autre côté.

« Armanetti a raison », intervient Bolognèz. « Ces choses sont rapides, et la porte n'est pas à deux pas. Allons-y maintenant ! » Le Sergent s'élance en premier, sabre et lampe-torche vers l'avant. D'un mouvement vif et instinctif, il tranche le corps d'un serpent qui s'élançait vers lui ; certains, manifestement, sont déjà là. Au loin se fait entendre le bruit de masses qui heurtent frénétiquement le sol de plein fouet.

L'équipe bleue n'a cependant pas le temps d'atteindre l'autre sortie du couloir que cette dernière s'ouvre ... sur les visages suants et alertes du milicien Normann et du soldat Ferrera Boreas.

« Putain Normann, ils ont aussi des saloperies ! », s'exclame Ferrera.

« Oui mais pas les mêmes, faut qu'on se bouge ! Allez, allez, allez ! », lance le milicien à l'adresse des membres de l'équipe bleue qui courent dans sa direction et rejoignent, enfin, la zone de stockage ... Pour mieux se faire attaquer par une bande de quadripèdes noirâtres affamés aux grognements étranges, entre sifflement et hurlements félins.


Fall of Duty - Page 3 Ycrd


Fall of Duty - Page 3 Area1B



Consignes HRP


L'équipe bleue vient tout juste de sortir du couloir par la porte du centre, et est attaquée par de multiples ennemis qu'elle peine à voir. Chaque personnage de l'équipe bleue doit faire un jet de Vigilance (obligatoirement cette compétence), puis de Sport OU d'Acrobatie dans un second.

Pour le jet de Vigilance :

  • Si supérieur ou égal à zéro, vous parvenez à voir quels sont les Nì'it qui vous attaquent personnellement
  • Si inférieur à zéro, vous ne parvenez pas à voir qui vous attaque, et avez -1 sur votre jet de Sport ou d'Acrobatie


Pour le jet de Sport ou d'Acrobatie :

  • Si supérieur ou égal à zéro, vous parvenez à esquiver, et même à toucher/blesser un nombre de bêtes égal à votre score obtenu (Habile = 1, Initié =2, etc.)
  • Si inférieur à zéro, vous êtes blessé et devez m'indiquer sur Discord le résultat du jet pour que je puisse vous donner les indications nécessaires


L'équipe noire doit de son côté faire un jet de Vigilance, et m'indiquer sur Discord le résultat du jet pour que je puisse lui donner les indications nécessaires.

Vous ne pouvez réagir qu'une seule fois.

Equipes bleue & noire :
PJ : Adjudant Irigoyen, Sergent Armanetti, Adjudant Léo Dool
PNJ : Sergent Bolognèz, Ingénieur Carranza, Soldat Lucero, Soldat Matador, Soldat Ferrera Boreas, Soldat Normann (Milicien), Soldat Rod Ferraz (Milicien)

Délai :
2 jours pour la totalité des joueurs, jusqu'au 23/10/2018 à 19h heure française.

Ordre de réponse :
Aucun
Joaquín Irigoyen
Voir la fiche
Joaquín Irigoyen
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t590-joaquin-irigoyen-imperium- http://helldorado.forumactif.com/t653-carnet-de-bord-de-joaquin-irigoyen http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus
La course à pied n'était pas le fort de Joaquin. Le sport, d'une manière plus générale, ne l'avait jamais été. C'est essoufflé, en nage et franchement exaspéré que le jeune adjudant parvint à s'extirper du couloir - désormais lieu de résidence des serpents. Il n'eut cependant pas le temps de souffler. À peine le contact visuel avait-il été établi avec l'équipe noire que d'autres créatures commençaient à s'intéresser à l'équipe réunifiée.

Vif, Joaquin balaya la pièce avec sa torche. Un ni'it s'approchait dangereusement de lui. Par chance, il semblait être seul. Le senseur, s'il avait succinctement étudié la faune et la flore du système doradien, ne connaissait pas les caractéristiques de toutes les bestioles des planètes avoisinantes. Il perdit la trace du ni'it qui, dans un bond, s'était élancé vers lui. Il fallut à Joaquin un réflexe miraculeux pour sauter sur le côté et éviter de se faire broyer la cuisse par la créature enragée. Il étouffa un juron, haletant, et garda le contact visuel avec le ni'it qui semblait attendre l'opportunité parfaite pour attaquer à nouveau.

Le reste de l'équipe ne semblait pas en meilleure posture que l'adjudant, qui se demandait désormais comment ils allaient pouvoir quitter les lieux sains et saufs. Résistant car pragmatique, Joaquin commençait toutefois à perdre son sang froid. Il n'en pouvait plus.
Léo Dool
Voir la fiche
Léo Dool
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t960-leo-dool-imperium-medecin# http://helldorado.forumactif.com/t990-journal-du-dool http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus?highlight=cerberus
Le médecin était bien dans son coin, mais les créatures tapies dans l'obscurité trouvèrent l'endroit intéressant eux-aussi. Les bruits inquiétants se rapprochaient, et le rythme cardiaque de Léo s'accélérait ! Décidé à ne pas se laisser confondre avec un buffet campagnard, il leva son arme de service. Mais les bestioles étaient vives, et c'est un peu tard qu'il les vit. Heureusement sur ses gardes et l'arme déjà levée, il put tirer promptement sur un de ces saloperies qui tomba à la renverse ! L'hurlement de douleur de l'animal trancha l'air, alors que Léo visait déjà le prochain.

Le médecin se mit à hurler, dans l'espoir d'intimider les animaux : il ne serait pas une proie facile !

Normann et Boreas ont disparus, mais ils ont criés après les coups de feu. Boreas a l'air blessé, Ferraz, l'est. Aucune communication, et on s'est séparé à un moment inopportun.

Léo avait bien comprit que ce qui le séparait le plus de la mort, c'est l'arme au bout de ses doigts. Il ne devait surtout pas faillir maintenant, qui plus est qu'une autre équipe les avait retrouvé ! Ses collègues allaient venir, il lui fallait juste tenir. De toute façon, les créatures seront forcées de passer par les barricades pour l'atteindre, il n'avait qu'un endroit à surveiller.

"On tiendra Ferraz. Lèves ton arme soldat, et gardes ton sang-froid !"

Léo se recula pour être à hauteur de son allié, par précaution et d'éviter un tir dans son dos des plus malvenus.
Anonymous
Voir la fiche
Invité
Invité

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage

Informations complémentaires



Ils étaient bien dans la merde, mais rien d'insurmontable. Une lueur meurtrière dans ses yeux verts, le sergent Armanetti s'avança en tête de leur groupe. L'un des quadrupède se jeta alors sur elle en sifflant, visiblement excité par les cris et les tirs.
Ce fut la dernière erreur de sa vie alors que Calliope brandit son bras cyborg dans un réflexe fulgurant, duquel se déplia instantanément une épée affilée qui traversa le palais de la bête sauvage venue s'embrocher dessus. Son corps écailleux n'avait pas fini de tressailler qu'elle s'en débarrassa d'une secousse, avant de faire volte face pour se fendre de son épée mono-filament cette fois, tranchant net la tête d'une autre créature qui roula au sol dans une gerbe de sang.

Le juron de Joaquin attira son attention alors qu'elle semblait sur le point de se jeter dans l'obscurité, haletante; une fraction de seconde d'hésitation, puis elle se glissa vers lui. Le ni'it qui avait tenté de manger cru un peu plus tôt tenta d'ouvrir sa gueule pour lui mordre la jambe; la rousse lui envoya un coup de pied foudroyant qui lui brisa les dents et l'envoya voler au sol plus loin, provoquant les sifflements outrés de ses congénères. Elle n'avait pas le temps de tous les tuer un à un, aussi décida-elle d'empoigner sans plus de cérémonie le col de l'adjudant afin de le traîner en sécurité, faisant rempart de son corps et de ses épées entre lui et les petits carnivores.
Mia de Moya
Voir la fiche
Mia de Moya
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t340-mia-de-moya-imperium-secon http://helldorado.forumactif.com/t359-mia-de-moya#4391 http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus#7512

Aventure : Fall of Duty

"But very soon, I understood : we would all die here, if no one came to our rescue"


Middledeck-2 - Zone de stockage

EQUIPE BLEUE

Et soudain, l'enfer.

Derrière, Ferrera Boreas, resté en arrière pour refermer la porte du couloir derrière eux, se fait mordre au bras par un Ni'it affamé, lui faisant lâcher la poignée de la porte entrouverte, de laquelle ne tardent pas à s'engouffrer de multiples serpents qui se répandent au milieu de la zone de stockage en mordant ce qui passe, sans distinction de race : humains comme animaux sont pris pour cibles. Un double festin, tant pour les Ni'it que pour les reptiles, qui se livrent une bataille au milieu de laquelle sont pris au piège les hommes et femmes du Cerberus. Seules les compétences et les réflexes foudroyants du Sergent Armanetti permettent à tous les hommes d'éviter le pire.

Tous, sauf un. Mordu tant par les serpents que par les félins noirâtres à l'aspect presque squelettique, Boreas referme le sas dans un dernier effort en hurlant de rage, avant de s'écrouler, loin au centre des combats, inaccessible. Seul. Un avant-goût de ce qui attend l'équipe bleue, et ceux de la noire venus les secourir.

... quand tout à coup, la porte de l'autre côté de la zone, près du couloir gauche, s'ouvre à son tour sur quelques militaires qui entrent au pas de course, suivi de quelques tirs de pistolets à impulsion vers ledit couloir avant que ne soit refermée la porte, derrière eux.

Les renforts sont là.

« Vous pensez qu'on l'a sem- », débute l'un d'entre eux à l'adresse de Zohar de Aragon avant de tourner la tête vers l'enfer au centre de la pièce.

« Soldats, regroupons-nous ! », s'exclame le Capitaine à l'adresse de l'équipe bleue.


Middledeck-2 - Zone de stockage

EQUIPE NOIRE

Les hommes sont calmes mais décidés, et lorsqu'un second Ni'it se décide à passer la barricade, Matador envoie un coup de sabre qui, s'il est imprécis, suffit à blesser mortellement la créature, qui retombe au sol en poussant quelques gémissements, avant de s'éteindre.

Au loin, des cris de surprise, un hurlement de rage, et de nouvelles torches - cette fois visibles - qui s'allument. Puis, l'espoir : la voix du Capitaine de Aragon.

« Soldats, regroupons-nous ! », s'exclame, de loin, le Capitaine, sans que l'équipe noire ne sache s'il s'adresse à elle ou non.


Fall of Duty - Page 3 Ycrd


Fall of Duty - Page 3 Area1B



Consignes HRP


L'équipe bleue est en mauvaise posture et forcée à reculer dans un coin de la salle, mais il est possible, selon le jet collectif de chacun d'entre vous en Combat au corps à corps (armes blanches ou mains nues), de passer au travers.

Tous les personnages de l'équipe bleue doivent faire un jet de combat au corps à corps (armes blanches ou mains nues, au choix) avant que l'un ou l'autre puissent faire leur réponse. Tous les bonus sont à inclure dans votre résultat final.

  • Si le total de tous vos jets est supérieur à Génie (+4), vous parvenez à vous tailler un chemin dans la masse en profitant du bazar ambiant, et rejoignez Zohar de Aragon et ses quelques hommes.
  • Si inférieur à Génie (+4), vous ne parvenez pas rejoindre Zohar de Aragon, et vous ferez attaquer au tour suivant


L'équipe noire doit de son côté faire un jet de Vigilance.

  • S'il est supérieur à zéro, votre personnage comprend que Zohar n'appelle que l'équipe bleue.
  • S'il est inférieur ou égal à zéro, vous supposez que le Capitaine s'adresse à tout le monde.


Vous ne pouvez réagir qu'une seule fois.

Equipes bleue & noire :
PJ : Adjudant Irigoyen, Sergent Armanetti, Adjudant Léo Dool
PNJ : Sergent Bolognèz, Ingénieur Carranza, Soldat Lucero, Soldat Matador, Soldat Ferrera Boreas, Soldat Normann (Milicien), Soldat Rod Ferraz (Milicien)

Délai :
2 jours pour la totalité des joueurs, jusqu'au 27/10/2018 à 19h heure française.

Ordre de réponse :
Aucun
Léo Dool
Voir la fiche
Léo Dool
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t960-leo-dool-imperium-medecin# http://helldorado.forumactif.com/t990-journal-du-dool http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus?highlight=cerberus
Des coups de feu, des cris, des torches, la situation s'éclaircissait pour le médecin :

"Le capitaine nous appelle, on est venu nous chercher Ferraz. Aggripe-toi, on y va !"

L'adjudant attrapa  le milicien, l'empoigna avec vigueur serait plus juste, et s'approcha, arme de poing levé. Mais avec un homme appuyé sur lui et ses capacités martiales toutes relatives, il escomptait plus sur le milicien et la chance qu'autre chose. Mais pour des individus dans leur situation, il fallait bien tenter quelque chose ! Et puis le Capitaine de Aragon était venu les chercher, l'endroit était dangereux, autant ne pas s'y attarder.

"Black Team ici !" Cria Léo dans la pièce pour se faire voir de ses alliés. "Adjudant Dool, Capitaine !"

Il continuait d'avancer vers le reste de ses alliés, en faisant quelques coups de semonces sur ce qui pourrait s'approcher trop près. Avoir quitté la barricade ne le rassurait aucunement, mais un ordre est un ordre. Et il n'allait pas camper là non plus.
Anonymous
Voir la fiche
Invité
Invité

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage

Informations complémentaires



Les renforts étaient arrivés, et la vue du capitaine Zohar de Aragon sembla donner un regain de motivation aux survivants; Calliope lâcha Joaquin quand elle estima que c'était le moment de foncer pour obéir à ses ordres. Criant à Lucero et Bolognez de la suivre, elle s'élança.
Et avec plus de violence que n'importe quel autre soldat présent, le Moineau rouge se tailla un chemin dans la fraie; ne s'arrêtant jamais, elle pivotait sur ses talons pour cogner et trancher chaque créature dans son passage. L'adjudant Irigoyen semblait aussi avoir repris ses esprits puisqu'il n'était pas en reste, du moins du mieux qu'il le pouvait. Ils n'avaient plus que quelques mètres à parcourir...
Joaquín Irigoyen
Voir la fiche
Joaquín Irigoyen
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t590-joaquin-irigoyen-imperium- http://helldorado.forumactif.com/t653-carnet-de-bord-de-joaquin-irigoyen http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus
Satisfait d'avoir encore ses deux jambes attachées à son corps, Joaquin balaya de nouveau la salle d'un faisceau lumineux incertain. Qu'importait le pragmatisme, le sang froid ou l'expérience, la situation était tout à fait hors de contrôle. Ni le plus grand des soldats, ni le plus fins des stratèges n'auraient pu réussir à sortir indemne de ce qui s'apparentait de plus en plus à un cauchemar abouti.

Et pourtant, au milieu de ce qui aurait dû être les derniers instants d'une équipe, une voix surgit des ténèbres. Une voix familière, autoritaire. La voix du Capitaine. Jamais Joaquin ne s'était senti aussi libéré qu'à ce moment précis. Il regarda en direction de la source sonore et ne réfléchit pas une seconde. Il prit ses jambes à son coup et, dans le sillon du Moineau Rouge qu'on aurait pu renommer le sécateur rouge, il détala en direction des renforts. Porté par une force physique née de l'instinct de survie, le jeune adjudant distribua coups de pieds et poings de manière peu académique à quoi que ce soit qui freinait sa progression. Il ne toucha en réalité que des être chancelants déjà amochés par la lame d'Armanetti. Mais là n'était pas la question. Il fallait quitter ce lieu maudit.
Mia de Moya
Voir la fiche
Mia de Moya
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t340-mia-de-moya-imperium-secon http://helldorado.forumactif.com/t359-mia-de-moya#4391 http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus#7512

Aventure : Fall of Duty

"And then you came"


Middledeck-2 - Zone de stockage

EQUIPE BLEUE

Si Calliope Armanetti tranche dans les bêtes comme un couteau à beurre sur une tartine, Joaquin Irigoyen n'est pas en reste et participe à dégager un chemin, aidés tous deux de Lucero, Bolognèz et Normann.

« Capitaine, où ét- », commence Lucero.

« Plus tard les questions. A la barge, et vite ! », interrompt Zohar de Aragon en s'élançant vers la barge, armes en main et n'hésitant pas à s'en servir, quand soudain un bruit se fait entendre : celui de l'ouverture au sol du monte-charge central, qui laisse entrevoir l'arrivée de ce dernier depuis l'étage du dessous.

« MAIS ! C'est pas vrai, ça ! », s'exclame Bolognèz.

« Une seconde Sergent : vous connaissez beaucoup d'animaux capables d'activer des ascenseurs ? », questionne Normann.

« Ce doit être l'équipe rouge », déduit le Capitaine de Aragon. « Soldats, changement de plan : détour par l'entrée du monte-charge. Taillez dans les rangs ennemis un chemin jusqu'à la barge. Pour l'Empire ! »


Middledeck-2 - Zone de stockage

EQUIPE NOIRE

L'équipe noire s'élance dans l'inconnu, en direction de son Capitaine, qui, bien vite, réagit en les voyant au loin. « NE VENEZ PAS ! DEMARREZ LA BARGE ! », hurle-t-il de loin, non pas de rage mais de surprise, alors que bien trop vite quelques serpents commencent à les prendre en chasse, heureusement trop lentement au pas de course, malheureusement pas assez pour celui qui s'appuie sur l'épaule du médecin.

Matador le comprend et, bien vite, il s'arrête et se laisse distancer par Dool, brandissant son épée. « Foncez à la barge, adjudant ! Je m'occupe de tenir la barricade. »


Middledeck-2 - Zone de stockage

EQUIPE ROUGE

Alazar hoche la tête à l'adresse du Quartier-Maître et du Maître Artilleur, mais ne pipe mot ... Ce qui ne l'empêche pas de frimer du regard, les épaules bien trop droites, auprès de Descon qui se contente de secouer la tête en souriant. Difficile d'en douter : ces deux-là sont comme cul et chemise.

Et, arrivés à leur destination, les hommes troquent un enfer pour un autre.

Alors que la cage remonte et offre enfin la vue du Middledeck-2, ce sont pas les cris attendus qu'ils obtiennent, mais d'autres, plus violents et rageurs, alors que la cage s'ouvre automatiquement sur un véritable champs de bataille primal. Ici, Calliope Armanetti tranche un chemin pour ses camarades. Là, deux Ni'its se bataillent pour finir une sorte de serpent géant, tandis qu'un autre semble occupé à terminer un homme assis près d'une porte, dont le visage n'est plus qu'une pulpe sanglante.

La majorité des hommes, regroupés autour du Capitaine de Aragon, se dirigent vers la barge d'abordage, tandis que d'autres l'abandonnent pour rejoindre les premiers, bien vite reçus par les ordres de Zohar. « NE VENEZ PAS ! DEMARREZ LA BARGE ! », hurle ce dernier, à l'adresse de trois hommes, dont un est appuyé sur l'épaule de celui que vous reconnaissez comme étant l'adjudant Léo Dool, médecin en chef du Cerberus. « Rouge, avec nous ! »

Fall of Duty - Page 3 Area1B



Consignes HRP


Il s'agit de la clôture de la partie très animée de cette aventure, et vous êtes libres de romancer un peu : tranchez dans ce qui vous plait, faites les actions qui vous semblent intéressantes et marquantes. A cet effet, vous avez exceptionnellement le droit d'écrire jusqu'à 500 mots. Un seul mot d'ordre : faites dans le classe et l'épique, tout en gardant en tête les lois de la physique et la cohérence de l'univers. Votre objectif est qu'à la fin de votre post, votre personnage se retrouve dans la barge d'abordage, qui ne décolle pas encore.

Suivra une dernière réponse récapitulative des événements, à laquelle vous pourrez optionnellement répondre.

Vous ne pouvez répondre qu'une seule fois.

Equipes bleue, orange, rouge & noire :
PJ : Adjudant Irigoyen, Sergent Armanetti, Adjudant Léo Dool, Capitaine de Golazzo, Adjudant-chef Del Ruiz
PNJ : Capitaine Zohar de Aragon, Sergent Bolognèz, Ingénieur Carranza, Soldat Lucero, Soldat Matador, Soldat Ferrera Boreas, Soldat Normann (Milicien), Soldat Rod Ferraz (Milicien), Soldat Alazar, Soldat Descon, Caporal Maar, et quelques autres militaires.

Délai :
2 jours pour la totalité des joueurs, jusqu'au 31/10/2018 à 19h heure française.

Ordre de réponse :
Aucun
Joaquín Irigoyen
Voir la fiche
Joaquín Irigoyen
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t590-joaquin-irigoyen-imperium- http://helldorado.forumactif.com/t653-carnet-de-bord-de-joaquin-irigoyen http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus
Plus rien ne comptait à présent que la survie. Qui d'un diable éhonté ou de Calypso avait décidé de réserver un pareil sort aux soldats du Cerberus n'importait que guère. Le pragmatisme, la stratégie, le deuil, le charisme étaient autant de jolis mots que l'instinct animal avait envoyé aux oubliettes d'un coup puissant. Même le jeune adjudant, d'ordinaire si calme et réservé, fendait les airs en hurlant comme une bête. En grognant quand ses poings touchaient un autre être vivant, en n'ayant plus à l'esprit qu'une seule chose : atteindre la barge. C'était sa proie, son point d'eau, son nouvel Eden.

Le faisceau lumineux de sa lampe éclairait irrégulièrement des scènes de combat figées dans une dimension sombre et bruyante qui n'appartenait, dès que la lumière s'en éloignait, qu'à un avenir incertain. Les corps chimériques de plusieurs créatures entassées suintaient des sangs qui jadis étaient les leurs. Des cris indistincts montaient du gouffre cataclysmique qu'était devenu le hangar du vaisseau. Était-ce des hommes ? Des animaux ? Personne n'aurait pu le dire, pas même Joaquin. Les hurlements du Capitaine se noyaient dans la masse crasseuse des étouffements, des bruits gutturaux des gorges tranchés, d'autres, plus violents encore, des impacts de balles dans la chaire tendre. La barge. Il devait atteindre la barge.

Il ne pouvait même plus dissocier convenablement qui le précédait ni qui le suivait. Il distingua une lame, celle de Calliope, peut être. Qu'importe. Il devait atteindre la barge. Il trébuchait, souvent. Ses semelles collaient comme des ventouses sur le sol jonché des dépouilles gluantes des serpents chasseurs. Le goût rance de la sueur lui coulait du front jusque sur la langue. Ou bien était-ce des larmes ? Il crachait, crachait et crachait encore, ultime tentative d'évacuer un cauchemar qui resterait à vie bien trop ancré dans sa mémoire trop parfaite. Qu'il aurait aimé à cet instant découvrir l'amnésie des esprits trop simples !

Une lumière au milieu du rien. La barge. Il devait l'atteindre. Plus rien ne lui faisait mal. Ni les courbatures, ni ses pieds, ni la fatigue, ni la peur. Il courait, jouant des poings et des coudes pour assurer le maintien de son espace vital. Les cris ne disparaissaient pas. Peut-être ne disparaitraient-ils jamais. Il courait. Il en avait déjà perdu l'haleine. Et la laine de ce tissu d'horreurs, elle, commençait à échapper au conteur des horreurs. Il courait. Il s'écroula finalement au milieu de la barge, à bout de souffle. Épuisé. Il se retourna. Qui de sa meute parviendrait à l'imiter ? Qui des cerbères ou du reste de la faune locale remporterait cette partie de cache cache en enfer ?
Felipe de Golazzo
Voir la fiche
Felipe de Golazzo
Maître Artilleur

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t817-felipe-de-golazzo-imperium http://helldorado.forumactif.com/t828-droit-au-but-golazzo#14352 http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus
A nouveau, l'horreur des combats, l'odeur du sang et de la peur. Je frisonnais. On ne s'habitue jamais à la vue d'un autre être humain qui retient ses tripes dans son ventre. Ce carnage avait quelque chose d'inhumain, ce qui n'était pas illogique vu que l'on se battait contre les horreurs de Renaissance. J'avais peu de temps pour prendre des décisions, et prendre les bonnes.

"Del Ruiz, confiez Julia au Caporal Maar. Formation en pointe de flèche. Je serais devant. Caporal derrière moi, Descon et Alazar sur les flancs, Del Ruiz au milieu. A moins que vous n'ayez d'autres devoirs, Del Ruiz auquel cas allez-y." L'équipage aurait surement besoin d'un boost de moral et Del Ruiz était le meilleur placé pour ça. J'inspire, me met en mode combat, épée dans une main, pistolet de l'autre. "Julia, ferme les yeux, tu n'as pas besoin de ça." Mes poumons se gonflent d'air et ma voix tonne, naturellement au dessus du fracas des batailles. "Pour l'Empire et le Cerberus ! A moi ! Au Capitaine !"

Et je fonce.

Je perds le sens du temps. Mon épée tranche, cogne, je suis couvert de fluides et de sueur. Notre avancée est lente mais implacable. Nous ouvrons une brèche au milieu des ennemis. Parfois, lorsque mon arme est chargée, je tire. Les bêtes grognent, peu disposées à se rendre cependant. Je ne compte plus le nombre de fois où je sauve la vie de mes hommes et où ils sauvent la mienne. L'équipe rouge est soudée, unie par le sang des bêtes ennemies. Alpha est avec nous malgré sa blessure et, sans mot dire, sans nous concerter, nous l'attendons à chaque fois.

Finalement, l'arrivée à la barge nous sauve de l'épuisement. Je regarde vers le Capitaine, inquiet qu'il fasse des bêtises. Je connais ce genre d'homme, je suis pareil. Rester derrière comme le ferait un "bon" officier, comme arrive à le faire Mia nous est insupportable. Pourquoi risquer la vie d'autrui sans que la notre soit en danger ? Et pourtant, c'est elle qui a raison. Je regarde Léo. Je suis épuisé et pourtant..."Pourriez-vous regarder la blessure de l'Atikaya lorsque que vous en aurez fini avec les hommes ? Il se l'est faite pour le Cerberus..."
Gerardo Del Ruiz
Voir la fiche
Gerardo Del Ruiz
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t421-gerardo-del-ruiz-imperium- http://helldorado.forumactif.com/t441-carnet-de-lettres-de-del-ruiz http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus#7512
C'est un ballet mortel de  faisceaux blancs de torche et de yeux débordant d'une faim dévorante  dans la pénombre  que révèle les portes  du monte-charge.  Les lumières sauvages s'éteignent frappées par la foudre crachée par un flingue ou la morsure cruelle d'une lame, nous ne sommes pas assez nombreux pour vaincre ces créatures décharnées mais ce n'est pas notre but.  Des ombres tombent pour ne plus jamais se relever. Homme comme animaux.  Nous voulions  atteindre la barge et  échapper aux griffes et crocs de ces monstres.

J'aide  le caporal Maar à s'assurer  qu'il tient bien la petite avant de dégainer mon sabre et me jeter dans la confusion ambiante derrière le capitaine en pointe de flèche. Le sang   jaillit de chaque plaie que j'inflige maculant ma combinaison et mon arme  alors que je m'efforce de ne pas me noyer dans les brumes enfiévrés qui prennent les combattants. Garder le pilotage de mon corps et de mes lèvres. Il y a quelque chose d'irréel dans ce combat ou le seul enjeu est la survie. La loi du plus fort.  C'est une putain de chanson.

Gloire et Honneur ! Pour l'Impérium et le Cerberus !

Je chante. L'entraide.  La gloire de l'impérium de mes lèvres asséchées par la fureur à laquelle nous moissonnions des vies déterminées à nous prendre la notre.  Je sauve des vies. Une fois en interceptant carrément le saut d'un Ni't  de mon bras droit tandis que je  me servis de ses entrailles comme d'un fourreau puis je le rejette sur ses congénères qui se livrent aussitôt à un macabre festin.  Déchirant la chair du cadavre et se gorger de sa viande.  C'est à peine que je me rendis compte que la mâchoire du Ni'it a déchiré la combinaison, peut-être entaillé la chair et manqué de me broyer les os de l'avant-bras.  Ce n'est qu'une égratignure mais le toubib sera probablement pas d'accord avec moi. A d'autres.  

Les ordres que je donne s'évanouissent dans les brumes de ma mémoire, je me rappelle de leur effet. Les caisses qu'on fait tomber pour gêner l'avancée des  monstres.  On me sauve la vie également m'épargnant d'avoir à abandonner une jambe entre les dents de ces bestioles. C'est dans une combinaison intacte que je suis entré dans ce vaisseau, j'en ressors dans une combi en pièce et maculée de sang. Je ne suis pas mécontent d'avoir atteint la barge. Je regarde ceux qui ont survécus, note l'expression du maitre artilleur et du Capitaine. Je sais qu'on n'a pas le choix, certains doivent se sacrifier pour empêcher ces bestioles de déborder la barge avant qu'elle ne démarre.

D'ailleurs je chope  un soldat  qui vient de se rendre compte d'une absence et qui tente de rejoindre un de ses amis probablement mort  englouti par cette marée affamée. Il me hurle des obscénités, me supplie de le laisser faire. C'est impossible.Je le raisonne  cruellement  avant de le laisser éclater son chagrin contre mon épaule quand il comprend enfin.
Léo Dool
Voir la fiche
Léo Dool
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t960-leo-dool-imperium-medecin# http://helldorado.forumactif.com/t990-journal-du-dool http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus?highlight=cerberus
La confusion. Ils étaient tous en train de courir pour leurs vies, d'écraser celles des animaux, le capitaine De Aragon hurlait. Comme tous les autres d'ailleurs. Tous se repliait vers la barge. Là où était le médecin. Ses pieds firent demi-tour, il devait assuré le fonctionnement de l'échappatoire, pour le bien de tous. Quand Matador décida de faire son héros... Non... Non.

"NON, MATADOR ! Revenez, c'est un ordre ! UN ORDRE DIRECT !" Léo peinait à avancer, il ne pouvait pas s'arrêter, il fallait sécurisé la abrge pour tous, et Ferraz était blessé, à s'appuyer sur lui comme un infirme. La panique montait chez le médecin. D'autres soldats étaient apeurés, et certains défendaient furieusement leurs vies. Ces gens qu'il côtoyait chaque jour... "MATADOR ! Ce n'est pas un caveau pour vous !"

Léo s’époumonait dans ce déluge de cris et de rage. Il continuait d'aller sur la barge et se conforma aux ordres. Il aida Ferraz à se poser, sans grande délicatesse pour cette fois uniquement, et aida tout le monde à venir à ses côtés. Lé médecin fit démarrer la barge aussitôt qu'il le put, mais ils n'étaient pas tous là. Les effectifs furent nommés avant la mission, mais là... Tant de... Disparus. Des noms. Sur une feuille.

On lui parla, mais il n'eut pas de réaction. Ses yeux perdus sur la salle, probablement sur les survivants qui se hâtaient.
Anonymous
Voir la fiche
Invité
Invité

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage

Informations complémentaires



C'était un jeu d'enfant pour Calliope qui n'existait que pour tuer. Et exterminer les créatures sifflantes l'était encore plus que ce pour quoi elle avait été dressée; après tout, ceux la ne se mettaient pas à crier en appelant leur famille, à essayer de la supplier en tendant des mains implorantes vers son visage. Pas que ça ne change quoi que ce soit quand elle abattait son épée pour leur trancher la gorge- il était trop tard pour ça. Chacun fait ses choix dans la vie, et ils avaient fait deux erreurs impardonnables: se désigner comme ennemi de l'Imperium, et se trouver sur le chemin du Moineau Rouge.

Les ni'its n'en avaient peut-être pas conscience, mais ils avaient fait la même bêtise. Qu'ils rencontrent le fil de sa lame n'en était que la conséquence logique, et comme une machine, Calli annilhe tout ce qui se trouvait sur sa route jusqu'à la barge. Indifférente aux cris autour d'elle et au drame qui se déroulait plus loin, elle fauchait méthodiquement chaque créature qui s'approchait; la seule chose qui lui permettait de ne pas sombrer dans une folie meurtrière était les quelques membres rescapés de son équipe derrière elle qu'elle surveillait du coin de l'œil. Pourquoi? Elle ne voulait probablement pas les voir mourir. Ca ferait tâche sur son rapport de mission. Alors quand une bête s'approche trop près de Joaquin dans son dos, c'est sa botte qui vient lui démolir la tête; elle halète un peu sous l'effort, peu habituée à se concentrer à garder d'autres en vie qu'elle même. Quand Lucero trébuche, elle le rattrape par le bras, le tirant à l'abri dans leurs rangs; quelque chose lui griffe le genou et elle réplique par une fente fulgurante dans l'obscurité, n'étant plus bien sûre à ce stade de ce qu'elle fait. La lame mono-filament se fait lourde dans sa main et sa jambe est poisseuse du sang qui a imbibé sa combinaison après la morsure du Toor'Khan, et la rousse se demande si la fin est proche; cette pensée ne lui fait pas grand chose. Quoique. Elle avait un regret, mais...

Elle n'a pas le temps d'y songer alors que soudainement, une lumière blanche aveuglante l'éblouit. Elle cligne des yeux, perdue, et vacille un peu sur ses talons. Les systèmes de la barge viennent de démarrer, et eux sont sauvés.
Mia de Moya
Voir la fiche
Mia de Moya
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t340-mia-de-moya-imperium-secon http://helldorado.forumactif.com/t359-mia-de-moya#4391 http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus#7512

Aventure : Fall of Duty

"And you saved me."


Middledeck-2 - Zone de stockage

Carnage et folie.

Ce sont par ces mots que beaucoup décriveront les événements qui se sont déroulés en ce 30 Tercer 111. Et pourtant, derrière les morts, derrière la rage, l'esprit de camaraderie des soldats, de l'Empire ou d'ailleurs. Arrivés en équipe, malgré l'horreur, malgré la peur, certains repartiraient aguerris, d'autres vétérans, mais tous rentreraient en frères d'armes. Tous ou presque peuvent conter le courage de ceux qui, à un moment où un autre, leur sauvèrent la vie.

Après ce qui semble une éternité, les portes de la barges se referment sur quinze soldats et miliciens, une adolescente et trois bêtes - contre une vingtaine de cerbères au départ. L'opération, dans son intégralité, n'a malgré les épreuves duré qu'une heure trente quatre, au bout desquelles la barge d'abordage débuta son décrochage de la paroi de la zone de stockage du Middledeck-2, créant un trou béant que le générateur de survie tenta, en vain, de combler. Par les hublots, les corps de bêtes et de soldats tombés au combat flottaient sans grâce dans le vide spatial.

« Doit-on récupérer les corps, Cap- », s'enquiert le pilote à l'adresse du Capitaine de Aragon, interrompu par l'implosion soudaine du vaisseau-cargo, faisant renverser la barge au point de faire trébucher l'intégralité de ses occupants. Zohar, parmi les premiers à se redresser, cherche quelqu'un du regard en s'exclamant d'un air faussement rageur. « Deux heures, Carranza ?! » Il fronce les sourcils, continuant sa recherche quelques instants. « ... Carranza ? » Le Sergent Bolognèz répond à la place de ce dernier, par un simple signe négatif de la tête.

Tous se taisent.


Cerberus - Passerelle d'abordage

Deux heures plus tard

Cinq cercueils vides, aux couleurs impériales, disposées au centre de la passerelle d'abordage dont l'extrémité s'ouvrant sur l'espace est encore refermée. Autour d'eux, les rangs bien formés des blessés les moins graves et des soldats les moins indispensables au vaisseau. Officiers et sous-officiers, eux, sont tous présents. Si, en temps normal, le Capitaine est celui qui prend la parole dans ce type de situation, ce n'est pas lui mais le Second, Mia de Moya, qui s'avance, se raclant discrètement la gorge avant de se tourner vers les hommes. Comme le veut la tradition sur le Cerberus, le discours est teinté de personnalisation et de références aux histoires de chacun des défunts, empruntés à ceux qui les connaissaient le mieux.

« Mesdames, Messieurs. Aujourd'hui, le Cerberus est en deuil. Hommes, femmes, militaires, miliciens, nous sommes tous ici réunis pour rendre hommage au sacrifice de camarades, de frères d'armes. Luce Carranza, Ferrera Boreas, Ivany Montero, François Bonseigneur et Maclovio Matías, cinq hommes qui avaient choisi de servir en exerçant un métier difficile et noble. Vous aviez en commun votre attachement au métier militaire, votre volonté sans faille de servir l'Empire, mais aussi et surtout votre esprit de camaraderie à toute épreuve. »

« Quelle a été, Carranza, votre mission, sinon de toujours vous attacher aux détails, avec votre force de caractère qui de front nous faisait gronder, mais de dos nous faisait toujours sourire. »

« Boreas, les chemins de la liberté, vous en vivez les embuscades, les ornières avec vos camarades, exposés aux canons trinitaires ou surpris par les corporatistes. »

« Montero, en rejoignant l'armée impériale comme votre père, vous vivez très jeune votre siècle. Vous découvrez aussi Dorado avec votre frère Miguel, tous deux armés de pistolets marqués de l'étendard de votre famille. »

« Bonseigneur, durant douze ans, armé une simple caméra, d’un bout à l’autre du système, vous filmez témoins, rescapés, esclaves, bourreaux. En 110, vous décidez de prendre les armes, au nom d'une patrie qui n'était pas la vôtre, au nom de la liberté. »

« Matías, la vie, vous l’avez aimée par-dessus tout. Malgré tout. Envers et contre tout. De salles de classe en champs de batailles, sans concession, sans complaisance, vous avez présenté vos poings avec toute l'ardeur impériale qui vous habitait. »

Le Second marque une pause dans son récit, jetant un bref regard à chacun des hommes qu'elle venait de citer.

« Dans l’Histoire, il est des hommes qui restent pour ce qu’ils sont, parce que les évènements, souvent tragiques, leur ont donné l’occasion de se transcender. Et dans l’Histoire, il est des hommes qui restent pour ce qu’ils laissent, pour l’oeuvre qu’ils ont donné au monde et à l’Humanité. Aux yeux du monde, vous n'êtes peut-être que des soldats, mais dans les nôtres, vous êtes des héros. Pour l'Empire. Pour l'Empereur. Pour le Cerberus », finit-elle, abattant son poing sur son coeur, rejoint en choeur par les soldats présents, jusqu'alors silencieux.

« Pour l'Empire. Pour l'Empereur. Pour le Cerberus. »

Tous s'en vont, ne laissant-là que les cercueils qui, à la désactivation des champs de force de la passerelle d'abordage, prennent leur envol dans l'infinité de l'espace.


Cerberus - Mess

Le lendemain, en début de soirée

Vingt quatre heures après les événements, les hommes se rassemblent à nouveau, cette fois dans le mess et dans une ambiance bien plus conviviale que lors de la cérémonie d'honneurs funèbres militaires de la veille. Exceptionnellement, les soldats aux blessures sans gravité immédiate sont autorisés à participer à ce qui a été présenté comme une réunion exceptionnelle et d'importance. Malgré le secret, personne n'était dupe : sans doute s'agissait-il de l'habituelle remise de médailles, après une mission dangereuse. Pour l'occasion, les tables du mess ont été repliées et déposées sur les côtés, afin de laisser la liberté à la centaine de présents d'entrer sans s'entasser dans la salle. Contrairement à la veille, c'est bel et bien le Capitaine de Aragon qui, cette fois, s'avance, néanmoins suivi de près par son Second.

« Soldats, Miliciens, vous me connaissez, je n'aime pas passer par quatre chemins : nous vous avons fait rassembler ici afin de débrieffer sur notre dernière mission, baptisée Fauve Noir. Grâce au travail de nombre d'entre vous, nous en savons plus sur les événements qui ont précipité la chute du vaisseau-cargo FX21-389. » Et, malgré ses premières paroles, il marque une pause pour creuser l'anticipation de son auditoire.

« FX21-389 était, à l'origine, destiné au transport de marchandises minières ne présentant aucun danger immédiat. D'après le journal personnel de leur capitaine, retrouvé dans sa cabine, ce dernier a pris la liberté de tenter une autre affaire : destiné à retourner dans la galaxie, le vaisseau a racheté à coût bas un très grand nombre de bêtes de Renaissance, jugées toutes très dangereuses. Son objectif : les faire parvenir clandestinement à Tyrion, et les revendre à prix d'or sur les marchés noirs de la capitale de l'Empire. Une opération qui aura généré du mécontentement auprès de son équipage, ainsi qu'un accident mineur qui, malheureusement, aura pour effet de libérer une majorité des bêtes, qui annihileront ensuite nombre d'entre eux. De tous, seule Julia Horrando, mousse sur le vaisseau-cargo, survivra, grâce à la présence de trois Atikayas sauvages qui, d'après les dires de certains des membres de l'équipe de sauvetage du Cerberus, ont également sauvé certains des nôtres. Autant dire qu'ils ont gagné une vie de sucreries et de papouilles - c'est un ordre, par ailleurs », ajoute-t-il avec un air faussement sérieux, provoquant quelques gloussements légers chez les soldats.

« Soyez-en certains : ils seront ramenés à Renaissance sains et saufs. Quant à Julia, elle agira jusqu'à notre arrivée à terre en qualité de mousse. Elle se verra offrir par la suite, si elle le souhaite, la possibilité de continuer au sein de notre équipage. Pour la suite des événements, je laisse la parole au Capitaine Mia de Moya. »

Et, à l'appel de son nom, cette dernière avance de deux pas pour se retrouver à la gauche de Zohar.

« Soldats, c'est avec un mélange d'honneur et de plaisir que je vous annonce que certains d'entre vous ont plus que mérité des récompenses, suite à leurs accomplissements. J'appelle à me rejoindre le Sergent Calliope Armanetti, l'Adjudant-Chef Gerardo Del Ruiz et le Capitaine Felipe de Golazzo. » Après quelques instants de patience, le temps que chacun forme avec les autres une ligne parfaite, le Second se fait accompagner par un mousse portant trois coffrets, qu'il porte des deux mains à plat, avec respect. Mia de Moya ouvre le premier, face à Armanetti.

« Sergent Calliope Armanetti, nombreux sont ceux qui nous accompagnent encore aujourd'hui grâce à votre courage, votre vaillance, et votre sens du devoir. Pour vos faits d'armes, je vous remets la médaille du courage. » Puis, presque comme un rite cérémonial trop souvent vu, elle ouvre délicatement le coffret et attrape la médaille, qu'elle accroche à l'épaule du costume du Sergent, avant de la saluer, puis de passer au suivant.

« Adjudant-Chef Gerardo Del Ruiz. Même dans les plus profondes entrailles de l'enfer, tous pouvaient entendre vos chants - pour le meilleur et pour le pire », ajouta-t-elle avec un sourire amusé. « Pour votre professionnalisme à toute épreuve, j'ai l'honneur de vous remettre la médaille du sang-froid. » Et, de nouveau, le même rite, avant de s'avancer vers le dernier homme décoré.

« Capitaine Felipe de Golazzo, Zohar de Aragon et moi-même ne pouvions offrir des médailles sans en ajouter une à votre collection », débuta-t-elle, de nouveau avec un sourire moqueur. « Vous avez de nouveau prouvé vos compétences de rassemblement et d'exemple dans un environnement hostile. Pour ces faits, je vous remets la médaille du commandement. »

La cérémonie de remise des médailles terminée, les hommes sont invités, s'ils le souhaitent à prononcer chacun quelques mots - courts, d'après la tradition. Puis, alors que beaucoup pensaient la soirée terminée, le Capitaine lève la main pour demander à nouveau le silence.

« Je souhaitais également profiter de l'occasion pour vous annoncer quelque chose qui, je n'en doute pas, en surprendra quelques-uns : ma retraite. » Un cri étouffé s'empare de la foule, tout aussi choquée qu'étonnée : nombreux sont ceux qui auraient imaginé Zohar sur un champs de bataille, canne à la main, plutôt que loin des combats. « Comme vous tous, il m'est souvent arrivé d'assister à ce genre de discours, d'anciens qui comme moi aujourd'hui arrivaient au bout de leur parcours, en souhaitant profiter ardemment de la nouvelle vie qui allait s'offrir à eux, et surtout pour profiter enfin de leurs proches qu'ils ont si souvent délaissés pour servir cette Grande Dame qu'est l'armée impériale. L'armée aura été toute ma vie durant plus de quarante ans, et une vie est faite de tout : de bons comme de mauvais moments. Au point que mon Grand-Père, paix à son âme, se plaisait à la comparer à une tartine de merde, ajoutant cependant : mais bon sang, que le pain est bon ! » Quelques rires viennent dérider l'audience. « A mes yeux, vous êtes tous mes enfants. Oui, même toi, Federico. Peu importe que tu sois plus vieux que je ne le suis », ajoute-t-il en pointant du doigt l'un des ingénieurs qui servait presque de meuble au Cerberus.

« Mais dans la vie d'un militaire vient un jour le moment où vous avez trop vécu. Trop perdu. Des enfants, j'en ai eu des milliers. Des enfants, j'en ai perdu des centaines. Et aujourd'hui, le poids de leur mémoire m'appelle à me retirer pendant que le monde me connait encore comme l'Homme d'honneur, de courage, et non le vieillard brisé par ses songes. C'est la tête haute et le coeur plein et fier que je vous quitte, vous laissant entre les mains assurées de Mia de Moya, Capitaine du Cerberus à compter de notre prochaine escale. Continuez de faire la fierté de vos Pères, car jamais ils ne vous quitteront des yeux. Et moi non plus. »


Consignes HRP


Cette aventure est désormais terminée. Vous avez la possibilité d'apporter une dernière réponse, si vous le souhaitez, pour conclure l'aventure. Si tel est le cas, veuillez m'en informer afin que je ne ferme l'aventure qu'après votre réponse.

Je vous remercie pour votre assiduité et votre enthousiasme pour cette aventure. Elle aura duré plus longtemps que prévu, mais je suis très heureux de ce que nous avons réussi à construire ensemble.
Felipe de Golazzo
Voir la fiche
Felipe de Golazzo
Maître Artilleur

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t817-felipe-de-golazzo-imperium http://helldorado.forumactif.com/t828-droit-au-but-golazzo#14352 http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus
Cérémonie d'adieu, soulagé, au fond de moi, de n'avoir perdu aucun de MES hommes. C'était certes une petite victoire mais je m'y raccrochais pendant que Mia égrenait les états de service des malheureux tombés.

« Pour l'Empire. Pour l'Empereur. Pour le Cerberus. » faisais-je en posant mon poing sur mon coeur à mon tour. Le discours de notre second était très émouvant mais...pourquoi était-ce elle qui le faisait ? C'aurait été plus du devoir du Capitaine de Aragon. Peut-être se sentait-il fatigué par l'épreuve.

Je suis à nouveau en tenue de cérémonie le lendemain pour la réunion exceptionnelle. Comme les autres, je suis plus souriant, effaçant déjà les horreurs de mon esprit. Julia récupérera. Nous avons fait de notre mieux. Certains sont morts, oui, ils l'ont fait pour l'empire. Cette fois, c'est bien le Capitaine qui s'annonce, d'abord pour nous expliquer ce qu'il s'est passé. Bon. J'écoute sans écouter. Puis, le Capitaine de Moya appelle mon nom et je vais sans discuter me mettre au garde à vous auprès de mes camarades. La médaille du commandement. Je souris, goguenard à ma supérieure, sans répondre autrement que par le regard. Elle m'a compris.

C'est donc d'excellente humeur que j'entends la suite et là...je deviens blanc. Livide. Je cille. Je ne dois qu'à mon entraînement de rester rigide. Je fixe Mia d'un air incrédule. Non. Elle ne m'a pas fait ça. Je ne dis rien. J'applaudis avec les autres, mais mécaniquement. Et dès que je peux socialement le faire, je m'éclipse.
Léo Dool
Voir la fiche
Léo Dool
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t960-leo-dool-imperium-medecin# http://helldorado.forumactif.com/t990-journal-du-dool http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus?highlight=cerberus
S'occuper des blessés. Cette tâche, il l'avait tout d'abord déléguée à un autre médecin. Puis il était intervenu, pour chasser la morosité. Il ne voulait pas ressasser ce qui venait de se passer. Un jour, Boreas était passé, alors qu'il était de garde. Ils ont longuement parlé de tout et de rien, Boreas avait une baisse de morale, il faisait sûrement un début de dépression. Sans doute que si Léo avait été plus attentif, il aurait pu faire quelque chose de plus. Il l'avait écouté parlé un long moment, proposant divers points de vue et soulevant des questions. Le soldat semblait aller mieux, et on lui affirma qu'il trouverait toujours une personne à qui parler ici. Mais en cette heure, cela n'avait plus d'importance. Boreas est mort... Si seulement j'avais pu faire quelque chose.

Seul dans son bureau, Léo chassa les papiers qui l'ornaient, et se prit la tête dans les mains. Ses doigts étaient froids. Un mémo lui rappela l'heure de la cérémonie, saluant le "courage" de ceux qui y étaient. Non. Léo ne pourrait pas. Il se mit à pleurer, en compagnie de ses souvenirs.



Puis on vint l'avertir. Un soldat qui était venu chercher l'adjudant Dool, afin de participer à une cérémonie importante. Les officiers et sous-officiers devaient être présents visiblement. Avec sa tête de déterré, ses yeux rouges, le soldat s'inquiéta naturellement. Le médecin le rassura aussitôt, bien entendu, et congédia le soldat. Il se rinça le visage, mit un uniforme propre, et se rendit là-bas.
Joaquín Irigoyen
Voir la fiche
Joaquín Irigoyen
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t590-joaquin-irigoyen-imperium- http://helldorado.forumactif.com/t653-carnet-de-bord-de-joaquin-irigoyen http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus
Il avait échoué. En tant qu'officier, bien entendu. Perdre un homme placé sous sa responsabilité était une faute qui, si elle était excusable compte tenu des circonstances, n'en était pas moins grave. Joaquin en avait pleinement conscience. Cependant, le jeune adjudant se refusait à tomber dans l'apitoiement culpabilisant qui aurait pu le guetter. Ressasser des événements antérieurs ne l'aiderait ni à accepter ses fautes ni à les expier. Au contraire, le senseur endossa la responsabilité de ses actes. Il porterait ce péché jusqu'à pouvoir s'en laver. Si l'occasion ne se présentait pas, il mourrait avec. Cette faute, ce cadavre, le verrait devenir un meilleur officier.

C'était tout ce qui occupait ses pensée alors que la cérémonie battait son plein au coeur du Cerberus. Il sembla montrer un peu d'intérêt à la nomination de Calliope, à qui, c'était vrai, il devait sa vie. Jamais, pas même alors qu'il faisait ses classes, il n'avait rencontré guerrier plus compétent. Il pensa aux remerciements qu'il se devrait de lui adresser tôt ou tard. Et pensa également qu'il serait sans doute nécessaire qu'il fasse l'acquisition d'une arme dans les plus brefs délais.

L'annonce de la retraite du Capitaine ne le fit pas réagir outre mesure. Il ne s'y attendait pas - personne ne s'y attendait - mais une partie de lui savait Mia de Moya au moins aussi compétente que son prédécesseur. Quoi qu'il en était, il n'était pas, à cet instant, en mesure d'y réfléchir plus de quelques secondes.
Voir la fiche
Contenu sponsorisé

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage

Informations complémentaires



0 mots
Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3