Mia de Moya
Voir la fiche
Mia de Moya
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t340-mia-de-moya-imperium-secon http://helldorado.forumactif.com/t359-mia-de-moya#4391 http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus#7512

Âge53 ans

GénétiqueHumain

SexeFéminin

CultureImpérium

AffiliationImpérium

NavireAffectation à venir

PosteSecond

Mia de Moya
Smart is the new black
Description
Face au hublot, nulle étoile n'aurait pu masquer le reflet des traits étirés par l'âge de la femme d'un âge certain qui s'y contemplait, non sans une pointe d'amertume. Elle m'observait, émotions à demi cachées par le masque de la fierté qu'on avait brisé. Ses yeux bleus avaient terni, et de ses cheveux châtains ne restaient que les touffes grises aux pointes abîmées qui avaient un temps fait rêver plus d'un subalterne. Soupirant, je m'arrachais à la vue désolée d'une vieillarde en devenir - Oh, je n'étais pas si âgée, mais je n'étais plus que pâle souvenir de ce qu'était autrefois le Colonel de Moya.

Mon corps autrefois athlétique n'offrait plus la résistance d'une jeunesse perdue, bien qu'il n'en restait au demeurant pas faiblard pour autant - Et à dire vrai, je n'ai jamais été coutumière des salles de sport.

Style vestimentaire : Perdre ma vie et mon prestige d'antan n'aura eu aucun effet sur mes habitudes : tenue d'officier en public, je préférais néanmoins dans certaines circonstances les habits amples et confortables des par-dessus aux allures de robes qu'on trouvait chez certains marchands de Tyrion. Capuche dressée, l'on pouvait s'y cacher non pas des autres mais de leurs regards, tant ceux dédaigneux qui avaient eu vent de mon humiliation que des autres eut égard à mon âge.

Signes particuliers : La médaille du Courage, autrefois fièrement gagnée à la suite de la bataille de Flores, était aujourd'hui encore dressée sur mon uniforme plus par habitude que par volonté. Bien entendu, certains s'étaient attendus à ce que je m'en sépare, mais mes actes présents me valaient-ils vraiment d'effacer les décennies de bons et loyaux services auprès de l'Empire ?
Caractère
Certains me disaient calculatrice, d'autres simplement ingénieuse. Une poignée m'avait même idôlatré comme si j'avais été seigneur de la flotte ; pourtant, il n'en était rien. Au fond de mon être, je n'étais qu'une pragmatique dans l'âme, une mathématicienne. Telle décision coûterait la vie de tant d'hommes, pour telle récompense. Au risque de passer pour arrogante, je ne cachais à personne mon intellect et mes compétences : nul n'avait besoin de m'informer de notre position dans l'espace, les chiffres si consternants pour les profanes étaient pour moi aussi clairs qu'une carte stellaire, et mon travail, bien souvent, égalait ou surpassait celles des ordinateurs de bord originellement destinés à prédire et guider le personnel pour prendre les meilleurs décisions.

Oh, je n'étais pas orgueilleuse au point de prétendre calculer plus vite qu'un ordinateur, non. Simplement, il manquait aux programmes informatiques cette petite touche d'imprévisibilité et de génie qui caractérise la psyché humaine. Un ordinateur ne feinte pas plus qu'il ne ment. Un logiciel est logique et se trompe systématiquement dans ses estimations puisqu'il s'attend, toujours, à ce que l'adversaire fasse de son mieux, n'improvise jamais. Ce n'est pas mon cas.

Sur un pont de commandement, je suis - j'étais - le chef d'orchestre, prêt à utiliser tous ses instruments pour ravir - ou détruire - son public. D'un charisme certain, nombreux sont ceux qui m'obéissaient sans faillir, non par foi aveugle mais par simple reconnaissance de mes compétences. Quand je parle, j'attends qu'on m'écoute, et les rares malheureux à s'être essayés à me répondre sans disposer de l'autorité suffisante peuvent témoigner qu'il ne s'agit pas d'une expérience enviable : il est étonnant combien une femme si frêle et âgée peut s'avérer effrayante.
Histoire
J'inspirais profondément, faisant face à la porte fermée de ma cabine. Nous ne tarderions pas à arriver, j'en étais certaine : après tout, cela faisait déjà un certain temps que nous avions effectué la traversée de la station Warp. L'espace d'un instant, je chancelais, me rattrapant contre la paroi. Lorsque je franchirais le seuil, ce serait officiel : moi, le Colonel de Moya, me retrouverait affectée en tant qu'officier subalterne sur un vaisseau, en qualité de Lieutenant. Disgrâce amère et humiliation insoutenable pour celle qui avait fait de son honneur et sa fierté son moto. Déglutissant, je relevais le dos que des années au sein de l'armée avaient rendu aussi droit que la justice, arborant le masque nouveau d'une femme intérieurement brisée, mais froide de façade.

Me retirer mon grade n'avait été suffisant. Il leur fallait de plus m'envoyer au dernier endroit de l'univers où j'aurais souhaité passer ma probable dernière affectation : le système Dorado m'attendait, lui, ses pirates et ses fous - bien que l'un n'exclue pas l'autre. Mais plus douloureux encore, les souvenirs d'une innocence perdue, d'un proche disparu. Vingt et un ans passés, mais pas un jour sans qu'une question ne revienne inlassablement : Qui ? En l'an quatre vingt neuf, d'après les standards de datation locaux, ma soeur y mourrait dans l'explosion de son appartement.

Secouant la tête pour reprendre mes esprits, j'entrepris d'ouvrir le sas. A l'entrée, un homme manifestement prêt à frapper ravalait sa surprise et ses mots, avant de se racler la gorge. Un peu court sur pattes, il portait sur ses traits la jeunesse caractéristique d'un enseigne promis peut-être un jour au grade d'officier. Enfin, s'il survivait. D'ici-là, il jouerait les toutous de ses supérieurs, en espérant entrer dans leurs bonnes grâces. « Col-... Lieutenant, le capitaine Volozio vous attend sur le pont. »

Ma lutte pour ne pas froncer les sourcils fut aussi brève que vaine, et l'enseigne Olvera déglutit sans plus oser commenter à la fois sa bêtise et l'insolence de son erreur. « Merci, lançais-je d'un ton acerbe. Dîtes au capitaine que je le rejoindrais sous quinzaine. » Me détournant, j'avalais une nouvelle bouffée d'air à l'abri des regards indiscrets qui, depuis mon arrivée à bord, n'avaient cessés de me dévisager. Je ne les en blâmais pas, bien sûr : on ne croisait pas à toutes ses affectations un héros de guerre médaillé rescapé de la potence.

Volozio avait été avisé et courtois dans sa manière de traiter l'affaire, m'offrant même la dignité d'une cabine privée malgré mon statut de paria au sein du vaisseau, mais il ne s'était pas arrêté là. Avant chaque opération, de la translation entre les stations Warp aux diverses manoeuvres, il avait fait quérir ma présence au pauvre enseigne Olvera qui, bien malgré moi, était devenu le défouloir maladroit de mes colères froides mais silencieuses. Oh, bien sûr, c'était un jeune homme avec de l'aplomb et qui souhaitait bien faire ; malheureusement, il n'y parvenait que très rarement.

Profitant d'un rapide passage aux salles communes pour me rafraichir, je laissais l'eau froide réveiller mes sens, mes douleurs, mon parcours. Trente trois ans de carrière effacés en quelques heures, face à une cour martiale que j'estimais plus partiale qu'un apôtre de la Trinité. J'avais moi aussi débutée enseigne, engagée sans l'accord parental. Malgré les protestations incessantes de Père, je ne rêvais que d'espace, d'honneur et de gloire ; tant de rêves d'enfants bien vite envolés à la première bordée reçue à bord du Sloop « La Muerta », à peine un an plus tard. Tant de pertes, collègues et amis perdus sous les tirs ennemis, et pourtant, moins d'une décennie plus tard, c'était à mon tour d'ordonner les tirs, de commander les hommes et femmes dont j'avais la responsabilité, de faire valoir le sacrifice de ceux qui mourraient au combat, de trouver justification et résultat à leur trépas.

En l'an quatre vingt six, à un peu plus de vingt-neuf ans, j'étais de nouveau - ironie du sort - affectée en qualité de Commandant sur le Sloop « La Muerta », avec pour ordre d'accompagner l'émissaire et comte Alphonzo de Vegas, en charge d'une mission diplomatique dans le système Dorado. A son bord se trouvait, en tant qu'attachée diplomatique, une jeune femme dont je ne cessais chaque jour d'être plus fière : Erika de Moya, ma petite soeur. Elle était l'ange de la famille, l'oiseau bien trop vite tombé du nid, influençable et fragile. Elle était, enfin, l'unique personne dans cet univers à réussir à s'entendre avec Père ; sans doute en raison de son choix de carrière, le comte de Vegas étant à la fois influent et célibataire, et de ses rêves de mariage. Au moins l'amirauté avait-elle eut le bon goût de m'affecter à la protection de son bâtiment, ou le paternel ne s'en serait jamais remis : tous avaient entendus les histoires des lieux, et aucun de Moya ne souhaitait que la moitié des choses dont l'on parlait n'arrive à notre petite Erika. Pourtant, ce fut un tout autre vice qui la consuma, à notre arrivée à l'Astroport : un jeune homme, plus jeune qu'elle d'un an, sur lequel elle jeta son dévolu pour ne jamais plus le lâcher et, à notre grand désespoir, l'épouser la même année.

Provisoirement réaffectée au système pour faire chasse à quelques pirates trop opportunistes, je fondais à coups de lasers les prémices d'une réputation de fer et de sang. Celle-ci était bien trop exagérée à mon goût et basée sur le premier contact avec les bandits locaux où, par chance plus que par choix, leur vaisseau déjà endommagé explosait sans laisser nul survivant. Ce n'était pas exactement ma faute s'ils étaient morts avant même l'abordage, faute d'un bon entretien des réacteurs qui avaient explosé au premier tir reçu ! Pourtant, les rumeurs avaient perduré jusqu'à mon départ, l'année suivante ... et jusqu'à mon retour, deux ans plus tard, pour des motifs bien différents.

C'était arrivé de manière inattendue : Erika s'était éteinte, assassinée dans l'explosion de son appartement. En congé spécial de mes responsabilités auprès de la flotte, il me fut autorisé d'atteindre le système en intégrant provisoirement l'équipage de la frégate « El Matador ». Là aussi, le capitaine Olvera s'était avérée aussi courtoise qu'on l'attendrait d'un officier impérial, m'autorisant à disposer de quartiers privés malgré mon statut d'invité. Olvera ? Tiens, tiens, un parent de notre cher enseigne, peut-être ? Je secouais la tête, constatant l'égarement auquel je m'étais adonné en observant l'horloge numérique au-dessus de la porte.

« Je me fais vieille », chuchotais-je sans bruit pour moi-même en observant que, sans y penser, j'étais passée des douches à l'ascenseur - habillée, fort heureusement, pensée qui m'offrit un gloussement discret. L'enseigne Olvera, devant moi, se retourna d'un air contrit, puis se mit à glousser faussement, comme pour répondre à mon hilarité passagère. Rire éteint et sourcils froncés à l'extrême, je le regardais avec la colère muette que je réservais aux plus grands lèches-bottes de la flotte, luttant pour taire le sourire naissant à son déglutissement sonore. Ah, Olvera ... Mes journées à te faire suer me manqueront. Peut-être.

L'ascenseur s'ouvrit sur le pont, et c'est à un capitaine Volozio cordial que je présentais le salut digne à son rang désormais supérieur au mien. L'insigne sur son col et manquant au mien semblait bien loin, désormais. Au centre du pont, le holo présentait l'Astroport de Valentía, sur Oscuro, la plus proche planète si on pouvait l'appeler ainsi de la station Warp de l'Empire. Malgré moi, je laissais mon esprit errer au souvenir d'un tout autre affichage, celui d'une station spatiale bien loin du système Dorado, mais d'une importance à l'époque capitale.

« La Manzana » était une station minière comme on en trouvait beaucoup d'autres, mais sa proximité aux frontières et les ressources naturelles à portée - sans pour autant égaler celles d'un système tel que Dorado - en faisaient un des points stratégiques majeurs pour l'Empire. Le Général Augusto de Tierès, un vieux hibou dégarni dont on ne doutait pas un instant qu'il tirait son rang de son ancienneté et de ses origines plus que de ses compétences, avait pris pour malheureuse habitude de se reposer sur ses deux Colonels et leurs subalternes respectifs pour se charger de la défense de la zone. Soit, c'était en finalité bien à eux que revenait la tâche de se battre, mais la cohésion globale de la flotte aurait dû être orchestrée par un seul et même esprit, et non un conclave de personnes forcées à s'entendre et coopérer. Pour résumer, je l'admettais volontier : je ne portais pas Augusto dans mon coeur, et le sentiment était manifestement partagé. Pourtant, dans l'ensemble, le système semblait fonctionner à défaut d'être parfait.

Jusqu'à ce que deux de nos éclaireurs disparaissent.

Les profanes auraient sans doute supposés une quelconque panne technique ou un incident cosmique d'être à l'origine de leur absence, ou tout du moins ouvert la porte au doute ; ce ne fut pas notre cas. Tout imbécile qu'il ait été, Tierès était entouré d'un peloton d'officiers très compétents, assez tout du moins pour l'avertir de l'approche imminente de l'ennemi. Mais ce qu'il fit alors dépassait l'entendement, tant d'un point de vue tactique qu'humain : il ordonna, dans un premier temps, purement et simplement la retraite. Evidemment, l'Amirauté avait été très claire sur ce point : nous n'étions pas en guerre, et les règles d'engagement, le cas présent, stipulaient que la défense du système ou la retraite impériale devait dépendre des forces adverse et des dommages collatéraux estimés. Augusto fuirait sans même connaître l'étendue de la menace. L'incrédulité causée par son absence totale de sens tactique fut cependant vite effacée lorsque le Général, sous la force des arguments présentés, abdiquait - ainsi découvrais-je qu'il n'était pas lâche mais d'une incompétence marquée par la nouvelle conviction qui grandit en lui : nul ne battrait retraite, nul n'abandonnerait cet endroit que les hautes sphères l'avait chargé de protéger.

Quelques jours s'écoulèrent sans heurt, jusqu'au moment où ce qui devait arriver arriva : au loin, l'essaim de vaisseaux de la Trinité s'approchait.

Bien heureusement pour nous, nos services de renseignement n'étaient pas aussi rouillés qu'on aurait pu le croire, et le Colonel de l'Etat-Major de Tierès, le Vizcondes Ángela de Botello, avait anticipé grâce à son réseau leur arrivée de plus de six heures, soit bien assez pour embarquer une partie des civils les plus importants au sein des vaisseaux lourds de la flotte et de filer le plus loin possible d'ici avant que n'arrive le rouleau compresseur trinitaire. Pourtant ...

« ... Je vous demande pardon, Monsieur ? » La perplexité d'Ángela n'avait d'égal que son étonnement, alors qu'Augusto renchérissait. « J'estime avoir été clair : nous restons. » Malgré moi, je retenais mon souffle : cet idiot allait tous nous sacrifier, et pour quoi ? « Mais monsieur, c'est ... », protesta l'officier, une crainte sourde dans la voix. « ... Un ORDRE de votre GENERAL ! »

Augusto de Tières n'était ni fin stratège, ni particulièrement intelligent, mais il savait se faire obéir ; en vérité, c'était sans doute l'un de ses uniques talents et, bien malgré nous, tous savions qu'il était inutile de contester ses directives une fois celles-ci si fermement énoncées. Mais je n'en étais pas à mon premier supérieur borné, et j'avais plus d'un levier pour convaincre.

« Puisque décision est prise de défendre le système, il nous faut prendre en compte les différents facteurs bloquants. Nos systèmes militaires sont plus performants, mais ils ont l'avantage du nombre, et nous serons débordés par leurs tirs et leurs troupes d'abordage. Leur cible première sera très probablement la station, mais celle-ci n'est pas armée. Bien qu'ils ne tireraient probablement pas sur elle, nous ne pouvons simplement l'abandonner : ils n'ont pas besoin de nous faire la chasse, simplement de rester près de la station. Après tout, ce n'est pas comme si nous pouvions les prendre de front. Cela signifie que, dans l'absolu, nous n'avons d'autre choix que de rester près d'elle et de maintenir nos positions en attendant le gros de l'adversaire. »

« Vous ne m'aurez pas, Colonel de Moya. Pas cette fois, tout du moins ». Il pointait dans ma direction un index qui se voulait inquisiteur et malicieux et, en un sens, il n'avait au fond pas tout à fait tort : ce n'était pas la première fois que j'usais de cette ruse pour le manipuler, mais il n'était cette fois-là pas aussi joueur, et je soupçonnais sa colère envers notre défiance d'en être la raison.

« Ce que j'essaie d'exposer, Monsieur, est l'incapacité de notre force actuelle à résister - sans parler de vaincre - ce qui nous fonce droit dessus. D'après les estimations les plus optimistes de nos analystes, il ne nous reste que quelques heures. »

« Je ne veux pas des excuses, Colonel, mais des résultats. Vous êtes le miracle de Florès, n'est-ce pas ? Prouvez que vous méritez votre médaille. » Et ainsi les jeux furent-ils faits.

A défaut d'être les plus grands stratèges spatiaux que l'humanité ait connu, les armées trinitaires disposait de la masse suffisante qui faisait prévaloir le nombre sur la tactique, et ils fonçaient droit sur la station, sans doute ravis qu'aucun vaisseau ne se présente pour les arrêter. En fait, personne ne s'était même vraiment posé la question capitale : où se trouvait l'armée impériale ? Leur foi en un Dieu tout puissant avait guidé la grappe en rangs serrés qui péchait par excès de confiance, canons rentrés. Car de l'autre côté de leur cible se trouvaient mes forces, réacteurs froids et électronique de bord en veille afin d'en masquer les émissions, déjà bien camouflées derrière l'immense structure de métal, seulement informées des mouvements ennemis par les senseurs actifs de la station. La tension, sur le pont de commandement, était palpable. Pourtant, nombre de mes officiers souriaient d'un air féroce, patientant l'ordre tant attendu, regard porté vers leur Colonel aux bras croisés derrière le dos et aux traits tirés par l'âge et l'expérience.

« Déployez les vaisseaux sur les côtés de la station, barrez leur T. Feu à volonté. » Barrer le T, une tactique si simple et pourtant si destructrice face à une flotte presque en file indienne, qui consitait à présenter le flanc de ses vaisseaux face à la proue des bâtiments ennemis, offrant ainsi une supériorité de feu d'au moins deux pour un. Mais c'était sans compter que, jusqu'alors, la force trinitaire ne s'attendait à aucune résistance. Le résultat fut fulgurant, glorieux et inattendu : les ennemis tombaient un à un sous un feu nourri avant même l'abordage, tandis qu'ils tentaient tant bien que mal de virer de bord, canons sortis après trois bordées complètes reçues. De l'avantage de trois contre un ne restait plus qu'un nombre égal de vaisseaux dans les deux rangs. Appuyant sur un bouton de l'un des accoudoirs de mon fauteuil, je vis apparaître le visage familier du Maître d'abordage. « Martinez, déployez les navettes d'abordages. Offrez la reddition avant l'accroche à tout bâtiment abordé, mais s'ils refusent, faites ce que vous savez faire. »

« Madame, amorçai trente minutes plus tard le Maître artilleur Fuegos, ils ont abordé dix de nos navires, contre six de notre côté. Mais leur cuirassé est salement touché, je doute qu'il ... » Les yeux des officiers plaqués sur le holo central ou leurs propres postes s'écarquillèrent, alors que le navire ennemi sombrait, et son équipage conséquent avec lui. Mais, outre son explosion, ce fut la trajectoire forcée par l'onde de choc qui causa sueurs froides et exclamations désabusées sur le pont, alors que sa proue et une grande partie de sa poupe s'écrasaient droit au centre de la station, emportant avec lui hommes et femmes, civils comme militaires, qui avaient aveuglément fait confiance au Colonel Mia de Moya.

La bataille fut gagnée - en l'absence du vaisseau amiral, la désorganisation dans leurs rangs avait poussé la fuite trinitaire, mais l'honneur, lui, n'était pas sauf. Quelques semaines plus tard, l'Amirauté jugerait la stratégie adoptée dangereuse pour la station, et la responsabilité me tomberait sur les épaules. Disgrâce, humiliation, rétrogradation ; et pour seul réconfort l'assurance que plus jamais le Général - pardon, le retraité - Tierès ne commanderait de forces armées conséquentes. Quant à moi, il me faudrait vivre avec l'affectation exotique que l'on me trouverait, et il ne me restait plus qu'à prier que mon prochain supérieur soit à moitié aussi aimable et compétent que Volozio.
Caractéristiques
30 PA - 4500 PE
Flamme Pirate : Inexistante

Talent : Championne impériale de jeux d'échecs

Des mathématiques et des probabilités. Les jeux d'échecs s'y résumaient, et en comparaison de la gestion d'une flotte impériale en pleine bataille spatiale, bouger de simples pions et prendre de nombreuses et précieuses secondes pour réfléchir au coup suivant semblaient enfantins. Tant et si bien que, sans même m'en rendre compte, d'un défouloir les échecs sont lentement devenus une passion - dévorante, ma soif de victoire y était tout autant éprouvée qu'au sein d'un pont de commandement, et rares étaient ceux qui, d'un coup de chance éhonté, s'étaient essayés à m'y battre.

Désavantage : Intellectuel

Avantages :

• Charismatique (5 PA)
• Génie (10 PA)
• Fortuné (5 PA)
• Versatile (5 PA)
• Réputation (5 PA)


Domaines d'expertise :

• Tactique de combat spatiale - Génie
• Commandement - Maître
• Cartographie - Initié
• Intimidation - Initié
• Mathématiques - Initié
• Persuasion - Initié
• Étiquette - Apprenti
• Navigation - Apprenti
Le joueur
Varkh - 28 ans
• Double compte ? Si oui, listez les comptes précédents : Aucun

• Comment avez-vous connu le forum ? Via une expatriée également présente sur ce forum

• A quel rythme répondez-vous généralement ? Régulièrement

• Si vous aviez un changement à proposer sur le forum, ce serait lequel ? Etoffer l'univers de détails, mais cela viendra avec le temps

• Si vous quittez le forum un jour, vous préférez que votre personnage... Devienne un PNJ
Conrad Stackborn
Voir la fiche
Conrad Stackborn
Capitaine du Liberty

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t96-conrad-stackborn-pirate-cap http://helldorado.forumactif.com/t104-skull-flames-roses http://helldorado.forumactif.com/t102-liberty#183

Corrections

Now some have died and some are alive. And others sail on sea with the keys to the cage, and the Devil to pay we lay to Fiddler's Green.

À modifier

Excellent !!!!

Salut Mia, ta correction est enfin arrivée.

Le personnage est super et les corrections mineures comme tu vas le voir. Ne t’inquiète pas de la taille de mon post c’est juste un qu’il a un côté pédagogique sur l’univers et qu’il me servira certainement comme référence pour d’autre correction de fiche.

1/- Problématique majeure de ta fiche (qui n'est absolument pas grave en soit et demande des petits ajustements) :


Il n’y a pas de guerre au moment des faits qui la feront passer en cour martiale. Les guerres sont rares et décrites dans la chrono de l’univers. Il y a par contre ce que l’on nomme des “escarmouches” ce sont de petits conflits où les Factions s’entretuent sans pour autant lancer une guerre. Cela n’arrive que dans les zones proches de la bordure. Et généralement les populations civiles ne sont pas touchées, mais souvent déportées.
Dans ce cas précis elles vont l’être de manière accidentelle.

PB1 : Il n’y aura pas autant de monde vu que c’est la bordure. Un vieux général un peu pourri, avec un colonel en conseiller d’état-major et quelques commandant. Et un colonel en commandant de la flotte : ton personnage.

PB2 : la flotte est restreinte. C’est en bordure donc d’une importance limitée. Il faut que le lecteur le comprennent en lisant ton texte. Et donc les autres flottes ne peuvent pas se retirer… elles n’existent pas.

PB3 : “Evidemment, l'Amirauté avait été très claire sur ce point : le lieu était sensible, mais pas suffisamment pour justifier la perte d'un nombre trop élevé de bâtiments.”
Comme les Factions ne sont pas en guerre il y a beaucoup de bluff et l’escarmouche ne se déclenche que si l’adversaire dépasse une ligne clairement définie par la hiérarchie politique via des règles d’engagement.

Suggestion :
Les règles d’engagement (qui sont circonstancielles et donc liées à cette situation précises) étaient de tenir la zone tant que la force adverse était gérable sans dommage collatéraux et sans risquer la destruction totale de la flotte.

La flotte adverse est trop nombreuse et les risques trop grands. Mais le général demande malgré tout de tenir la position. Il s’enferme dans sa décision alors que les forces adverses montrent clairement leur intention d’ouvrir les hostilités.

Ton personnage gère le combat avec brio mais échoue à protéger la population civile. Il réussit donc un miracle avec sa victoire inattendue mais elle a un coût exorbitant en vie humaine.

→ cour martiale pour les deux.
Lui est révoqué. On rétrograde pas un général. Surtout quand il fait de la merde. Soit il a des appuis puissants et fini à la retraite. Soit il est démis de ses fonctions et viré de l’armée dans la foulée.


2/- Points de détails

“Dîtes au Commandant que je le rejoindrais sous quinzaine.”
Elle parle d’un capitaine. Donc c’est Capitaine. Nous ne reprenons pas les grades et appellations de la Marine française qui sont de nature à embrouiller les joueurs non expert dans ce domaine.

“Quelques semaines s'écoulèrent sans heurts, jusqu'au jour où ce qui devait arriver arriva : au loin, l'essaim de vaisseaux de la Trinité s'approchait.”
C’est long quelques semaines.

N'hésite pas à demander des précisions ou à poser tes questions si tu en as, nous sommes là pour ça !
Bon courage pour les modifications et n'oublie pas de nous signaler lorsque tu as terminé.
Mia de Moya
Voir la fiche
Mia de Moya
Aucun rang spécial assigné

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t340-mia-de-moya-imperium-secon http://helldorado.forumactif.com/t359-mia-de-moya#4391 http://helldorado.forumactif.com/t542-le-cerberus#7512
Bonjour,

Merci pour ces retours et ces compliments.
Comme indiqué sur le Discord, j'ai modifié en conséquences ma fiche. J'ai également rajouté une partie afin de d'argumenter sur le refus du Général de battre en retraite.

Mia de Moya
Laylia Mercè
Voir la fiche
Laylia Mercè
Compagnon/ne

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage


Feuille de personnage
Description :
Notoriété:

Informations complémentaires

Voir le profil de l'utilisateur

http://helldorado.forumactif.com/t152-laylia-merce-independante- http://helldorado.forumactif.com/t183-gold-feathers-journal-de-laylia-merce

Fiche Validée

The seas be ours and by the powers, where we will we'll roam.

Je déclare cette fiche officiellement VALIDÉE !

Les modifs sont parfaites, alors vole, petit papillon, le RP n'attend que toi^^

La prochaine étape, avant de pouvoir te lancer dans le RP, est d'aller créer tes sujets dans la gestion de personnages. Premièrement, tu dois poster ton Journal de bord. Ensuite, si tu es le créateur d'un vaisseau spatial, tu dois également aller poster ta Fiche d'équipage.

Si tu le souhaite, tu peux également venir poster une Petite Annonce pour trouver un partenaire de RP. Finalement, n'hésite pas à venir jeter un oeil aux Quêtes et animations en cours.

Toute l'équipe du staff restera toujours disponible pour toi si tu as des problèmes demandes ou questions, alors n'hésite jamais à nous contacter. Bref, bravo pour ta fiche et bienvenue encore parmi nous.

De la part de toute l'équipe, nous te souhaitons bon jeu !  heart


Mia de Moya - Imperium (Second) V863 Mia de Moya - Imperium (Second) Giphy

Spoiler:
Mia de Moya - Imperium (Second) Ha4q
Voir la fiche
Contenu sponsorisé

Informations du personnage

Aucune information renseignée



Domaines d'expertise

Aucun domaine d'expertise renseigné

Feuille de personnage

Informations complémentaires



0 mots